« Laire du temps »
en hiver

Le petit faon

Conte de Noël
pour les enfants , petits et grands ,
de LAIRE … et d’ailleurs .

 

A l’origine du conte, le poème de Maurice ROLLINAT :

La biche

La biche brame au clair de lune
Et pleure à se fondre les yeux :
Son petit faon délicieux
A disparu dans la nuit brune.
Pour raconter son infortune
A la forêt de ses aïeux,
La biche brame au clair de lune
Et pleure à se fondre les yeux.
Mais aucune réponse, aucune,
A ses longs appels anxieux !
Et le cou tendu vers les cieux,
Folle d’amour et de rancune,
La biche brame au clair de lune.

Maurice ROLLINAT (1846-1903)

 

 

Autrefois les hivers étaient longs et rigoureux. Cette année là, la veille de Noël, un froid glacial envahissait le petit village de Laire. Les silhouettes gelées des arbres ressemblaient à des êtres mystérieux. De longs panaches de fumée, qui montaient dans le ciel comme de vieilles sorcières, s’échappaient des cheminées. Tout était silencieux dans le village endormi. La vie semblait s’être arrêtée… Mais dans la grande forêt de LAIRE, les animaux enthousiastes s’apprêtaient à vivre, dans la joie, la belle nuit de Noël …

La biche délicate et le cerf aux grands bois avaient revêtu leurs habits de fête, blancs comme la neige.

conte de laire illustration

Le chevreuil et sa gracieuse compagne préparaient le repas de Noël sous le grand alisier*. Les jeunes faons gourmands étaient partis à la recherche de lichens et de faines craquantes dans la grande hêtraie. Soudain, dans la blancheur étincelante d’un clair de lune, retentit un long cri plaintif …

Les animaux de la forêt ne restèrent pas insensibles à ce grand cri de détresse. Le sanglier au corps massif quitta son refuge et partit en courant à la recherche du jeune fugitif imprudent. Non loin de là, dans les hautes herbes, le lièvre resta aux aguets, attentif au moindre bruit. Le grand tétra, un peu farouche, s’aventura prudemment dans la forêt de conifères, puis s’envola en haut d’un épicéa et scruta les environs.

conte de noel à laire

Tous les animaux étaient en émoi. Le petit faon disparu ne répondait à aucun appel.

« Comment survivre seul dans la forêt par ce froid quand on est si petit et si fragile ? » pensa le grand tétra, juché sur son arbre.

« Noël sera bien triste cette année » dit le lièvre inquiet.

« Gardons espoir ! » ajouta le sanglier le boutoir au vent.

Alertées par tant d’agitation, les elfes de la forêt prirent leur envol au-dessus des grands arbres et virevoltèrent de-ci , de-là … Quand soudain, l’ une d’entre elles aperçut une petite boule de poil tapie au pied d’un jeune sapin. D’un coup d’aile, elle se posa au sol. « Le petit faon est là, tout grelotant !» lança-t-elle pour prévenir ses amis. Un grand cri de joie résonna dans la forêt. « HOURRA ! » Repris par l’écho : « Hourra ! Hourra ! Hourra ! »

conte de laire à noelLa petite fée aux ailes de papillons réchauffa le frêle animal tremblant. Elle le réconforta de paroles tendres et l’emporta par delà les grands arbres et les fourrés. Arrivée dans la clairière, elle le déposa délicatement auprès de sa maman qui sécha ses larmes. Et, pleine d’amour pour son petit, la biche réprimanda le jeune imprudent.

 

Tout penaud, le petit faon rejoignit ses frères et sœurs. Après tant de frayeur et d’angoisse, comme il est bon de se retrouver en famille !

 

Reconnaissants et heureux, les animaux formèrent une grande ronde autour des petites fées des bois et se mirent à danser et chanter … Le grand cerf joua du hautbois et le chevreuil de la cornemuse. Le grand tétra déploya ses plumes et joua de la harpe. Le lièvre souffla dans sa trompette et le sanglier frappa de toutes ses forces sur sa grosse caisse. Biches et faons chantèrent à l’unisson la joie d’être tous réunis .

 

conte de noel ilustration

 

Dans le village, les maisons endormies s’animèrent, réveillées par cette mystérieuse musique venue du fond de la forêt. Les enfants enthousiastes chaussèrent leurs patins et s’élancèrent sur la glace effectuant cercles, boucles et volutes.

laire illustration conte

 

Soudain, dans le ciel clair, des cerceaux d’argents descendirent des étoiles pour attraper leurs rêves d’enfants. Ce soir là, un rêve merveilleux venait de se réaliser : Danser sous les étoiles avec des cerceaux magiques pour fêter la Belle Nuit de NOEL.

« Si vous passez par LAIRE en hiver, prenez le temps de regarder et d’écouter ! Les animaux vêtus de blanc seront là pour vous raconter cette histoire. Vous entendrez leur symphonie retentir dans la forêt et les enfants aux cerceaux d’argent patineront devant vous. »

« Je vais vous confier un secret : Chaque année le petit faon revient à Noël se blottir au pied d’un sapin dans le village de LAIRE. Saurez – vous le retrouver ? »

 

laire-conte-6